Menu

Les stades de football, l’histoire des temples du ballon rond

Si l’odeur des frites ou de la bière ne vous fait pas peur, vous êtes surement des adeptes du football et de ses stades ! Entre des ambiances extraordinaires, qui vous donnent des frissons, et des joueurs qui exercent le sport tel un des plus beaux spectacles, les stades de foot procurent un certain nombre d’émotions indescriptibles. Outils essentiels à la pratique du football, les stades aussi possèdent une histoire riche et passionnante. Pour ne rien manquer de toutes les anecdotes liées aux plus belles enceintes, nous vous conseillons notre série d’articles sur l’histoire des stades de foot !

Les stades d’hier et d’aujourd’hui

Dès l’Antiquité, les jeux de gladiateurs ou les Jeux olympiques, ont stimulé la construction d’arènes gigantesques. Néanmoins, concernant le sport moderne, c’est bien l’avènement du football et sa popularité qui a entrainé la multiplication des stades qui se devaient d’accueillir des spectateurs, de plus en plus nombreux.

Alors qu’en France et en Italie, on a d’abord préféré rénover les vélodromes pour satisfaire le nombre croissant de fans de football, on s’est ainsi retrouvé avec des pelouses dédiées au ballon rond, entourées par une piste. D’où la forme elliptique des enceintes. En Angleterre, le format rectangulaire a été privilégié par les architectes puisque les stades étaient exclusivement réservés aux matchs de football. De ce fait, le Goodison Park du club d’Everton à Liverpool et le Celtic Park à Glasgow en Ecosse, sont apparus en 1892.

De fil en aiguille, les stades de football se sont développés et modernisés. Aujourd’hui, la construction d’un stade répond à une attente spéciale du public, mais aussi à un souci de sécurité, résultat de nombreuses catastrophes ayant entrainé des décès dans des tribunes. De nos jours, les stades de football sont de réels modèles de l’avancée technologique, mais aussi des outils de marketing et de merchandising pour les clubs résidents. Désormais, un stade de football n’accueille plus seulement les 22 joueurs d’une rencontre, mais aussi des spectacles, des concerts, ainsi que d’autres sports.

Ces enceintes qui accueillent le plus de spectateurs

Tout le monde connaît les stades les plus mythiques du football, mais étrangement, les plus grands ne sont pas les plus réputés. Par exemple, saviez-vous que l’enceinte la plus grande se trouvait en Asie ? En Corée du Nord, plus précisément. Construit par la dictature du pays en 1989, le stade du 1er Mai est capable de d’accueillir 150.000 personnes pour voir évoluer une équipe sportive. Outre l’arène de Pyongyang, le stade de Salt Lake aux Etats-Unis, ne fait pas moins pâle figure. Avec sa capacité de 120.000 places, cette enceinte arrive en seconde place du classement mondial des plus grands stades. D’ailleurs, les Américains aiment construire des enceintes immenses. Principalement dédiée au Football US, l’enceinte du Michigan peut accueillir jusqu’à 107.000 spectateurs.

Mais revenons au vrai football ! Certains stades ont pu accueillir des sommes monumentales de fans du ballon rond, avant de voir leur capacité réduite. Ce fut notamment le cas du stade Azteca au Mexique qui a accueilli deux finales de la Coupe du monde et surtout, un total de 134.00 supporters. Plus impressionnant encore, le stade du Maracaña de Rio est réputé pour avoir possédé environ 200.000 sièges, peu de temps après sa construction. Suite aux rénovations en lien avec la Coupe du monde de 2014, l’arène la plus connue du foot s’est retrouvée réduite à 80.000 places.

En Europe, la palme d’or revient au FC Barcelone et son mythique stade du Camp Nou. Pouvant accueillir 100.000 socios, le club projette tout de même d’effectuer une rénovation complète de son arène. Bien entendu, le pays où est né le football n’est pas en reste. Avec un nouveau Wembley à Londres, les Anglais ont permis au stade de pouvoir gérer 90.000 fanas du foot !

Prono de la semaine

Mercredi 29 mai, Unai Emery va tenter de décrocher sa quatrième Ligue Europa face au Chelsea d'Eden Hazard... Lire la suite

Match nul