La Suisse : futur El Dorado européen du poker?

Le nom de la Suisse résonne de plus dans la tête et dans le cœur des amoureux du poker. Par le biais de ses casinos les plus prestigieux, notre pays attire de plus en plus de championnats autour du Texas Hold’em et de ses variantes voisines. Petit à petit, les clichés qui font de la Suisse le pays où il fait bon acheter des montres de luxe et manger du bon chocolat finissent par s’écrouler. Et si la Suisse commençait à être reconnue pour son attrait pour le poker ?

La Suisse, destination phare du poker

Au milieu des hôtels de luxe, des magasins d’horlogerie prestigieux et des chocolatiers de renom, on trouve des casinos splendides qui réunissent tous les ans des centaines de millier d’amateurs du poker. C’est à se demander si la Suisse n’est pas le nouveau paradis de ces bluffeurs et autres champions du Texas Hold’em, de l’Omaha et du 5-Card Stud. La probable démocratisation, voire popularisation du poker en Suisse devrait notamment aider le pays à s’ériger comme une destination cinq étoiles. Malgré les inquiétudes de la Fédération Suisse des Casinos par rapport à la situation actuelle de l’industrie du jeu, le poker semble plutôt bien s’en sortir. Le nouveau projet lui accorde même une place privilégiée puisque les casinotiers pourront élargir leurs activités autour du poker. Les usagers pourront même jouer au poker chez eux, à domicile, et s’affronter dans de « petits » tournois. Il faut savoir qu’en Suisse, contrairement à d’autres pays d’Europe, les gains issus du poker ne sont pas imposables ; c’est une des raisons qui encouragent les étrangers à venir s’y expatrier, notamment les joueurs de poker dits professionnels.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette loi ingénieuse qui permettra à tout le monde de jouer au poker n’est pas vraiment en concordance avec le style de vie helvète.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette loi ingénieuse qui permettra à tout le monde de jouer au poker n’est pas vraiment en concordance avec le style de vie helvète. Mondialement connue pour ses centres financiers et ses chocolateries, la Suisse n’est pas un pays adapté aux petits budgets. Et ce sont dans des villes prestigieuses – certaines figurant parmi les plus coûteuses au monde – que le poker a principalement trouvé preneur. A Zurich, pôle économique, financier et artistique du pays, le poker est pratiqué par près de 40% de la population. Le Swiss Casino de la ville, qui propose des parties de poker avec des caves minimaux fixés à 250 CHF, accueille d’ailleurs tous les ans le fameux Poker Live 800 Tournament. Baden, qui est quant à elle davantage connue pour ses sources thermales mais où la culture joue également un rôle prépondérant, est un autre fief du poker. Tous les jours de la semaine, de vastes tournois y sont organisés, ce qui a poussé les intéressés à surnommer Baden la « Mecque du poker en Suisse ».

La Suisse, une destination onéreuse pour les étrangers

Les pratiquants du poker qui résident hors Suisse finissent tout de même par rejoindre leur terre natale sur le long terme car notre beau pays est considéré pour beaucoup comme une destination de luxe. Pas ou peu adaptée aux budgets moyens, le coût de la vie est très élevé en Suisse. C’est du moins ce que ressentent les autres européens. Il faut dire que les parties de poker n’échappent pas à cette impression générale : les sessions autour des tables peuvent parfois être très juteuses et seuls les locaux fortunés arrivent vraiment à tirer leur épingle du jeu. La Suisse, qui a développé un modèle unique basé sur le haut de gamme, est-elle donc condamnée à perdre cette suprématie récemment acquise ?