Yahoo et les principaux acteurs du web à l’assaut des jeux de poker en ligne !

Les géants mondiaux des jeux de hasard seraient prêts à offrir une concurrence sans commune mesure à l’un des patrons du web, Yahoo, qui a d’ailleurs récemment lancé une interface dédiée au Texas Hold’em en ligne. Dans le secteur du poker virtuel, les acteurs se bousculent donc pour tenter de révolutionner un marché qui semble être en perte de vitesse.

Yahoo joue les apprentis opérateurs de jeux de hasard

Le groupe Yahoo souhaite se positionner le plus vite possible sur le marché des jeux de hasard virtuels américain, pour ensuite tenter de conquérir le continent européen. C’est d’ailleurs ce que rapporte un article rédigé par le journaliste Marc Edelman et qui s’intitule Betting On Legalization: Yahoo! Launches Texas-Hold’em Poker Portal. En clair, la société américaine de service sur internet entend bien capitaliser sur la légalisation des jeux de hasard aux USA pour monétiser son portail web dédié au Texas Hold’em. Toujours selon le journaliste, Yahoo songerait même à lancer une candidature dans l’espoir d’obtenir une licence, laquelle permettra au groupe d’offrir des jeux d’argents réels à Delaware, au New Jersey et dans le Nevada, seuls états ayant autorisé la pratique des jeux de hasard virtuels.

Yahoo, dont la réputation est grande aux USA, pourrait posséder un avantage significatif sur ses rivaux grâce à son impressionnante base de joueurs et les fonds potentiels qu’ils pourraient être amenés à dépenser.

Les intéressés remarqueront d’ailleurs que Yahoo a déjà monétisé quelques-unes de ses pages à succès : notamment celles qui offrent du football et du basket-ball fantasy – le principe est que les utilisateurs composent des équipes imaginaires et s’affrontent dans des tournois leur rapportant des récompenses. Cependant, l’interface de Texas Hold’em de l’enseigne est pour le moment toujours gratuite. Yahoo, dont la réputation est grande aux USA, pourrait posséder un avantage significatif sur ses rivaux grâce à son impressionnante base de joueurs et les fonds potentiels qu’ils pourraient être amenés à dépenser.

Le groupe Yahoo est loin d’être le seul dans la course

Or, les choses ne seront pas simples pour Yahoo, qui devra en découdre avec un certain nombre de multinationales iGaming dont l’expérience est édifiante. Le groupe canadien Amaya Gaming serait ainsi de la partie mais aussi 888 Holding. De telles structures ont besoin d’alimenter la concurrence pour rester compétitives. Et des géants du web comme Zynga, Yahoo voire même Google pourraient très bien les aider à trouver le grand rival qu’elles espèrent. Dans les faits, c’est probablement Zynga qui s’érige comme le candidat le plus sérieux. L’entreprise californienne anciennement présidée par Mark Pincus est déjà reine du poker social en argent fictif – au Royaume-Uni, elle occupe d’ailleurs la première place.

Quant à Google, les rumeurs concernant un rachat du groupe bwin.party semblent toujours être d’actualité. Toutefois, les derniers résultats négatifs du groupe sont suffisants pour l’empêcher d’investir à tout-va. Enfin, aux dernières nouvelles, Le PDG de 888 Holdings, M. Brian Mattingley, a affirmé négocier un contrat de rachat avec trois homologues d’envergure internationale. Grâce aux casinos en ligne, 888 Holdings a vu son chiffre d’affaires augmenter de 22% au troisième trimestre 2014. Cette information est donc à prendre très au sérieux.

Top Poker Rooms
1. Image Unibet Poker JouerRevue
2. Image William Hill Poker JouerRevue